Zorica, Maja

"Des Notes sur Chopin à l’opéra. L’angle mort du Journal de Gide" / Maja Zorica. - 151-171 str.

Le Journal de Gide confirme l’amour de ce pianiste amateur pour son Chopin double, romantique et classique, polonais et français, et décidément antiwagnérien (Notes sur Chopin). Cette « bonne métaphore » fait ressortir la pénurie délibérée de l’opéra dans le Journal, que confirme son Fragment d’un opéra inédit. De Wagner, prédominant, à Stravinski (Perséphone), Gide, en instrumentaliste qu’il est, devient le porte-parole d’un plaisir nietzschéen qui se rapproche de l’homéostasie moderne. Chez Gide, la musique, bien que pratique d’une écriture et exercice d’une pratique, demeure toujours un concept, un analogon de la littérature et le symbole de la poíêsis.


FRA

Powered by Koha